Bob à un problème : il est somnambule, si bien qu’il s’aventure dans ses rêves et que ces derniers sont dangereux puisque le gros dormeur peut tomber dans le vide. Pour l’aider à s’en sortir, vous allez devoir contrôler une sorte de chien aux longues oreilles qui va pouvoir changer la direction de Bob. Pour ce faire, au sein de chacun des niveaux se trouvent des pommes qu’il faut placer au milieu du chemin, ce qui bousculera la direction que prendra le personnage. Il faut souvent agir très vite pour réussir à le sauver de la catastrophe, surtout que Bob a parfois tendance à prendre une direction que vous n’aviez pas anticipée. Heureusement, en bon die & retry, Back to Bed fait revenir le héros à sa position de départ, et comme les niveaux ne sont pas très longs, cela n’engage aucune frustration. Il existe toutefois plusieurs règles à respecter scrupuleusement pour réussir les niveaux proposés. À chaque fois que Bob se heurtera à un élément du décor, il partira du bon côté du sens d’une aiguille. Il est également important de noter que vous ne pouvez pas poser n’importe où la pomme. Si vous avez le malheur de la mettre à moins de deux cases de Bob, le jeu vous refusera ce mouvement. Tout l’intérêt de Back to Bed se base donc là-dessus : vous avez une trentaine de niveaux qu’il faut terminer en prenant soin d’étudier l’environnement. On peut parfois marcher sur les murs grâce à des escaliers. Mais l’autre grande qualité du jeu s’avère ses décors. Les niveaux font penser à une œuvre de Salvador Dali. C’est surréaliste. Il y a des morceaux de maisons, des tiroirs dans lesquels on y trouve des cravates, ou encore des montres gluantes et du linge tendu sur un fil. Le seul problème, outre sa durée de vie un peu courte qui sera peut-être améliorée avec l’ajout de niveaux supplémentaires, c’est que la mécanique ne change pas suffisamment. On se contente de poser des pommes ici et là et de faire en sorte que Bob rejoigne son lit en toute sécurité. Il n’y a pas de récompense pour terminer rapidement un niveau, ou encore un système d’étoile pour éviter d’utiliser trop de coups pour trouver la solution. C’est ce manque de variété qui empêche vraiment Back to Bed de fonctionner sur la durée. On n’y reviendra pas une fois qu’on en aura terminé avec lui. Le gameplay, s’il s’avère simple et adapté à un écran tactile, peut parfois être un peu confus : pour déplacer le chien, il faut utiliser son doigt, et sur un iPhone, ça empêche quelques fois de voir convenablement l’action à l’écran.

Subscribe to Pocket Gamer on